You are here:  / Conseils immobilier / Investissement en crowdfunding immobilier : la solution expliquée par Julien Loboda

Investissement en crowdfunding immobilier : la solution expliquée par Julien Loboda

Il n’y a plus de doute, le secteur de l’immobilier est au pic de son succès. Faisant partie du type d’emplacement le plus prisé des particuliers, les professionnels sont également de plus en plus à s’y mettre. En effet, l’immobilier se présente comme le meilleur emplacement qui soit. D’ailleurs, on compte désormais plusieurs options, les unes aussi avantageuses que les autres. Entre autres, il y a le crowdfunding immobilier. Voici tout ce que vous devez savoir sur ce sujet.

Que faut-il savoir sur le crowdfunding immobilier ?

Crowdfunding immobilier, voilà un concept bien récent étant donné qu’il date moins d’une décennie. Il s’agit en quelque sorte de la combinaison de deux concepts que l’on adoptait depuis bien longtemps, notamment la promotion immobilière traditionnelle et le crowdfunding lui-même qui est connu sous son nom financement participatif. La clarification de ces concepts est sans aucun doute le mieux appréhendé des acteurs de l’immobilier.

Si à la base, ce concept est adopté pour des projets caritatifs ou communautaires, notamment pour les transactions des différents monuments nationaux, actuellement il est utilisé pour plusieurs fondations et particuliers pour lever des fonds destinés surtout au financement des causes sociales et communautaires. Cela dit, cette la solution d’investissement en crowfundling immobilier expliquée par Julien Loboda demeure très lucrative pour les investisseurs.

Quelques opportunités à saisir avec le crowdfunding immobilier

Si le crowdfunding immobilier connait un tel essor à l’heure actuelle, ce n’est pas pour sans raison. En effet, aujourd’hui, il n’est pas toujours facile de faire l’acquisition d’un appartement ou d’une maison, le prix des biens immobiliers, ne cessant de grimper au fur et à mesure où le secteur de l’immobilier explose.

C’est vrai, les prêts et divers aides existent, comme le cas de la loi Pinel, loi ELAN ou encore la loi Malraux, pour faciliter l’acquisition d’un bien immobilier, mais cela demeure difficile. Pour le lambda, investir dans l’immobilier reste toujours un projet difficile à réaliser. Cependant, grâce au crowdfunding immobilier, c’est devenu plus facile.

En effet, grâce à l’arrivée de cette solution innovante, non seulement les investisseurs ont la possibilité d’éviter les endettements afin de réaliser leurs projets immobiliers, mais ils peuvent également faire des bénéfices sur le court terme, notamment en se lançant dans l’investissement d’un petit montant vis-à-vis d’autres investissements.

Comment investir dans le crowdfunding immobilier ?

Deux moyens s’offrent aux investisseurs pour investir dans le crowdfunding immobilier. Dans un premier temps, ils peuvent faire l’investissement directement ou via une émission obligataire. Quant aux plateformes, elles choisissent généralement soit l’un, soit l’autre.

Pour l’investissement en direct, les investisseurs peuvent choisir de détenir des parts dans une SCCV, mais ils peuvent également devenir actionnaires aux côtés du promoteur. Dans ce cas, ils se feront racheter les titres avec une plus-value avec un plafond est qui fixé préalablement. Pour l’investissement via une émission obligataire, les investisseurs prêtent une certaine somme à la SCCV. C’est donc ce dernier qui prendra en charge du projet.

Qu’en est-il de la fiscalité ?

La fiscalité dans le crowdfunding immobilier dépend généralement du mode d’investissement. Ainsi, la fiscalité est définie selon le type d’investissement choisi. Pour l’investissement en obligation, les intérêts seront imposés en fonction du barème de l’impôt sur les revenus, auxquels s’ajouteront généralement les cotisations sociales fixées à 15,5 %.

Quant à l’investissement en direct, l’investisseur sera imposé en fonction du régime des plus-values de cession de titres. Toutefois, l’investisseur pourra toujours bénéficier d’abattements, surtout celui-ci conserve les titres de plus de 2 ans, même si ce cas est peu probable dans l’investissement de ce genre.

Les commentaires sont fermés.