You are here:  / Conseils immobilier / Demander une option de vente ou signer un compromis ?

Demander une option de vente ou signer un compromis ?

Option de vente ? Ou compromis de vente ? C’est une question qui se pose lorsque vous allez acheter pour la première fois une maison. Comme c’est une occasion en or qui ne se représentera pas deux fois, vous avez tout à fait le droit de demander au vendeur soit une option de vente ou un compromis. Deux démarches importantes qui impliquent bien des conditions aussi.

Qu’est-ce qu’une option de vente ?

Une option de vente signifie que dans le cas où le vendeur l’accepte, il ne vendra son bien à aucune autre personne à part vous. Mais attention cela ne dure pas éternellement puisqu’il sera question d’une période donnée (cela va de soi) allant de 1 à 14j selon les discussions entre les deux parties.

C’est une période que vous pouvez aussi mettre à profit pour éventuellement vérifier que le bien qui vous intéresse ne possède pas des tares ou des vices cachés. Il est aussi d’une importance capitale que la propriété soit en ordre d’un point de vue légal et administratif. Une autre avantage de l’option de vente ? Cela vous donne du temps supplémentaire pour boucler une demande de crédit par exemple. C’est une pratique courante dans l’immobilier en Belgique.

Sinon qu’est-ce que cela implique aussi ?

 

Eh bien en échange de l’accord que vous venez de passer, le vendeur est dans le droit de demander une compensation financière. Concrètement si pour une quelconque raison, la vente n’a pas lieu, le vendeur peut garder la somme que vous lui avez remise en guise d’indemnité. Ne versez une compensation que si vous tombez d’accord avec le vendeur.

Si dans le cas contraire vous prenez possession du bien, c’est-à-dire vous levez l’option, la somme servira donc d’avance. Un conseil : un vendeur particulier acceptera surement votre demande d’option contrairement aux professionnels.

Comment marche le compromis de vente ?

Votre décision est prise, mais votre vendeur vous refuse l’option d’achat, signez sans attendre un compromis. En effet, cette opération vous laisse à peu près 4 semaines pour conclure l’affaire. Dans ce cas, vous payez aussi une avance que le vendeur pourra conserver même si la vente ne se fait pas.

Et même si vous n’achetez pas, il y a toujours les droits d’enregistrement à payer. C’est pour cette raison précis que les vendeurs vous demandent une avance de 10% lors de la signature d’un compromis. Somme qui par la suite ira chez le notaire.

Quoi d’autre ?

Si le compromis arrive à échéance, l’achat est obligatoire. Pour éviter d’être pris au dépourvu, insérez des clauses suspensives dans le compromis ! Par exemple, vous pouvez tout à fait spécifier que la vente n’aura lieu que si vous obtenez un crédit. Gardez en votre possession tous les documents relatifs à ces demandes de crédit.

En effet, si vous essuyez des refus auprès de trois établissements minimum, l’obligation d’achat sera levée. N’oubliez pas d’adresser ces informations à votre vendeur par courrier recommandé (durant la période de validité du compromis).

Si le délai du compromis arrive à terme et qu’aucune clause suspensive n’est soulevée, alors un nouveau deal se met en place sur 4 mois. C’est durant cette période que vous devez passer à l’achat définitif en passant par la case notaire (signature de l’acte notarié, paiement des droits d’enregistrement). Attention, une clause pénale permet au vendeur de réclamer des dommages et intérêts si vous changez d’avis.

Les commentaires sont fermés.